La Sardaigne: « Trésor caché »

Photo: Jean-Claude Herman

VENDREDI 20 AVRIL 2018

à 14 heures

Salle du Chapitre – Malmundarium

Place du Châtelet à Malmedy

P.A.F. : 4 Euros (membres) – 5 Euros (non-membres)

Renseignements : Jean-Marie Letesson, tél. : 080/33.07.05.

Assis sous un bosquet d’oliviers centenaires, parmi des buissons de myrtes et d’arbousiers, un berger sarde veille sur son troupeau de moutons. Tout autour ce ne sont que d’âpres montagnes et des vallées sauvages, des monts couverts de forêts de chênes-lièges, parsemés de blocs granitiques.

Photo: Jean-Claude Herman

C’est la Sardaigne de l’intérieur, intemporelle et éternelle.
Au loin, des hautes falaises blanches descendent vers la mer aux eaux turquoises dessinant au fond des criques rocheuses. Des ribambelles d’estivants s’offrent aux divinités du soleil et de l’eau. C’est la Sardaigne balnéaire du littoral.

Deux mondes différents, presque contraires, et pourtant ces paysages appartiennent à une seule et même île : la Sardaigne.

D’Alghero à Bosa, de Sassari à Olbia, de Cagliari à Nuoro, de la Barbagia aux îles de La Maddalena, les routes sardes mènent toutes à un village perché, à une église romane, un étonnant nuraghe, une plage aux eaux limpides, un golfe entouré d’oliveraies, une baie enfouie dans le maquis ou une crique secrète. Elles mènent surtout vers les habitants, qui sont à l’image de leur île : des bergers dans l’âme, fidèles aux traditions.